C’est bien connu : les pays scandinaves ont une longueur d’avance par rapport à nous sur bien des aspects. On admire leur système d’éducation, leurs initiatives environnementales, bref leur style de vie en général. On les admire tellement que, depuis quelques années, des concepts comme Hygge et Lagom sont venus jusqu’à nous et se sont intégrés à notre vocabulaire. En toute sincérité, on ne peut que les remercier!

Récemment, en lisant Le livre du Lagom par Anne Thoumieux, j’ai découvert un concept suédois qui me rejoint totalement. Le fika : ça vous dit quelque chose?

Crédit : Pinterest

On connait tous l’amour des Italiens envers le café. Pour eux, c’est sous la forme express, c’est-à-dire debout, le long d’un comptoir entre deux destinations, que le café se déguste.
Les Suédois eux aussi vouent un tout aussi grand amour pour le café, mais plutôt sous un contexte de détente et de convivialité. Après tout, ils sont les 3ème plus gros buveurs de café au monde (après la Finlande et les Pays-Bas).

Qu’est-ce que le fika?
Concrètement, c’est une pause café accompagnée d’une collation (préférablement une part de gâteau).
Mais en réalité, c’est tellement plus profond que ça. C’est un moment prévu dans la journée pour relaxer, discuter avec ses collègues ou ses proches et décrocher. C’est un court instant (10 à 30 minutes) où l’on prend le temps de s’asseoir, parler et rattraper le temps perdu par la frénésie du quotidien.
En vrai, c’est bien plus un événement social qu’un goûter.

Au contraire de l’heure du thé, le fika peut prendre place à tous moments de la journée.
Le plus beau dans tout ça, c’est que ça se pratique partout. C’est un instant qui a lieu entre les repas, entre deux destinations ou même au travail.
On peut inviter de manière plus officielle un proche ou un ami dans un café ou prendre une pause au bistro du boulot avec les collègues. Ça peut même être aussi simple qu’un thermos et une friandise dans l’autobus!
L’important, c’est de prendre consciemment une pause (ou deux) dans sa journée pour savourer l’instant présent.

Crédit: duka.com

Comment pratiquer le fika ?
Encore une fois, il n’y a pas de règles strictes ni de codes de conduites qui encadrent les bonnes pratiques du fika. Toutefois, voici quelques éléments clés à retenir:

  1. Avoir le bon état d’esprit
    Profiter du moment présent et faire les choses en pleine conscience, c’est essentiel. Pas question de regarder ses courriels aux 5 minutes, ni scroller infiniment sur Instagram et encore moins de se soucier de ce qu’on va manger pour souper. Le moment ne doit pas être forcé, ni devenir une tâche. C’est important que soit fait en bonne volonté, sans quoi on risque d’y associer un sentiment de perte de temps.
  2. Être entouré
    Bien que le fika puisse se pratiquer seul, c’est avant-tout un moment de partage avec son entourage. C’est l’occasion d’être 100% avec l’autre, de l’écouter et de partager. Ce n’est pas obligé d’être pratiqué en compagnie de nos proches: on peut être fika avec son équipe au travail ou même avec une connaissance. C’est d’ailleurs idéal pour apprendre à connaitre quelqu’un : on évite ainsi le malaise de s’inviter pour le souper, tout en partageant un bon moment.
  3. Déguster du bon café 
    Évidemment, tout bon fika doit être accompagné de café bien préparé, ou du moins de thé. Dans tous les cas, il n’y a rien comme une boisson chaude pour se réchauffer l’âme.
  4. Et surtout, se faire plaisir
    Traditionnellement, on accompagne le café de brioches à la cannelle (kanelbullar), boules au chocolat (chokladbollar), de gâteau aux carottes ou de biscuits. L’important, c’est surtout de s’offrir un douceur et de faire une pause des 150 000 habitudes alimentaires saines que l’on devrait suivre quotidiennement.

En quoi pratiquer le fika est bon pour nous? 
Pour les Suédois, ce n’est rien d’innovant, ça fait partie de leur habitudes quotidiennes.
Pourtant, on a tout à apprendre de ce rituel.
Pourquoi? Parce que ça devrait être inné de prendre chaque jour le temps de s’arrêter.
Ça devrait faire partie de notre agenda et avoir autant d’importance qu’un meeting. On ne supprime pas la pause fika pour faire place à un rendez-vous professionnel. On lui donne sa juste place dans notre journée.

C’est en quelque sorte l’élément manquant pour intégrer un peu de lenteur à nos journées. Célébrons donc nous aussi le fika, ne serait-ce que pour savourer le temps tel qu’il est, tel qu’il passe.

Crédit : Pinterest

Bon fika !☺️☕️